Conseil municipal du 07 décembre 2020

Points marquants

L’ordre du jour du conseil municipal du 07 décembre 2020 comprenait 25 points.

Il nous semble utile et intéressant de faire un focus sur certains.

Point 2 : la vente de la parcelle de 9.5 Hectares située entre l’A14 et Poissy

La mairie a conclu un accord avec GPA (Grand Paris Aménagement) et des promoteurs pour une vente d’un montant de 16 millions d’euros pouvant se réaliser en janvier 2022.

Rappelons l’historique de ce terrain : propriété de la société d’autoroute, Chambourcy l’achète en 2018 pour satisfaire un projet de construction d’une gare routière mené par TRANSDEV. Ce projet n’abouti pas. Chambourcy a donc acheté ce terrain pour rien. La ville, très endettée par les dépenses somptuaires réalisées durant le dernier mandat, tente de revendre le terrain pour couvrir des dettes qui auraient pu être évitées.

Ce projet a été mené sans consultation ni information aux Camboriciens. Il y a plusieurs conséquences néfastes pour la ville et le territoire :

  • Un bétonnage pour 350 logements et une artificialisation des terres préjudiciable qui s’ajoutent aux multiples autres projets de bétonnage de la mairie.
  • 850 habitants de plus à Chambourcy (en plus des 900 nouveaux qui arriveront dans les constructions en cours sur la RN 13)

Nous croyons que cette vente ne sera qu’un semblant de désendettement et que la multiplication des opérations de constructions dans Chambourcy va amener des couts qui font ressembler la gestion de la dette de Chambourcy à une fuite en avant.

Les doutes sont tels que les élus de Réunir Chambourcy votent contre.

Point 3 : giratoire pour l’accès à la nouvelle déchetterie.

La mairie avec l’agglomération de communes et le département va entamer très vite la construction d’un giratoire menant à la déchetterie et permettant de fluidifier le trafic venant de St Germain en laye par la possibilité de prendre le tunnel également pour aller dans le centre de Chambourcy.

Les élus de Réunir Chambourcy votent pour.

Point 18 : modification du régime indemnitaire des fonctionnaires de la mairie

La mairie met à jour sa politique d’indemnité et doit fixer des plafonds de rémunération.

Nous demandons au maire s’il est légitime que la commune de Chambourcy se mette en situation d’appliquer le maximum des barèmes (qui s’appliquent également à la haute fonction publique ou aux villes 2 fois, 5 fois ou 10 fois plus grandes que Chambourcy). Nous demandons à ce qu’à l’instar d’autres collectivités raisonnables, nous mettions des plafonds plus en phase avec notre réalité.

Le maire refuse.

Les élus de Réunir Chambourcy sont très sensibles à la qualité du travail des employés municipaux et entendent œuvrer pour que la rémunération de ces derniers soit à la hauteur de leur formidable investissement. Néanmoins, ils s’abstiennent car la posture adoptée est inappropriée.

Point 19 : Un prêt de 1 500 000 €

La mairie souhaite faire un nouvel emprunt de 1.5 M€ pour faire face à ses obligations.

Nous demandons à combien se montera la dette de la ville à l’issue de ce nouvel emprunt. M. Guinaudie, adjoint aux finances répond : « plus de 17 Millions ».

Les choses ne s’arrangent pas depuis la campagne électorale !

Ne souhaitant pas handicaper notre ville mais conscients que l’endettement se creuse les élus de Réunir Chambourcy s’abstiennent.

Point 22 : modification budgétaire

Durant l’année, chaque municipalité ajuste son budget à la réalité (dépenses et recettes prévues et non réalisées ou l’inverse).

Un point attire plus particulièrement notre attention. Une rupture conventionnelle a été signée avec un agent de la collectivité. Nous demandons le montant et il nous est répondu 45 K€.

Puisque la somme ne peut pas être une simple rupture conventionnelle, nous demandons si cette rupture conventionnelle a pris la forme d’un protocole transactionnel (arrangement avec un agent qui avait des griefs et contre qui on avait des griefs). Le maire nous répond que oui.

Que s’est-il passé de si grave entre un agent de la mairie et la collectivité pour que cette dernière accepte de payer 45 K€ pour que les griefs en question ne soient pas connus des citoyens ? !!!

Les élus de Réunir Chambourcy votent contre.

Point 24 : désignation de représentants au sein d’une commissions (la CLET)

Nous demandons au maire si ce dernier envisage de parfois nommer des représentants de notre groupe dans des commissions de la Communauté d’agglomération.

Le maire nous répond que le niveau de notre défaite ne nous le permet pas ; sic !

Pour autant, au niveau de l’Etat ce sont des pratiques qui existent. Par exemple, depuis une vingtaine d’années, le président de la commission des finances de l’Assemblée nationale est désigné parmi les membres de l’opposition !

Les élus de Réunir Chambourcy s’abstiennent.

Sur les 25 points de l’ordre du jour, tous acceptés à l’issue de ce conseil, notre vote se répartit comme suit :

  • Pour : 18
  • Abstention : 5
  • Contre : 2

Nous sommes donc pleinement dans notre rôle d’élus de la République, validant la majorité des propositions de la mairie et alertant, voire s’opposant lorsque nous estimons que les intérêts des camboriciens, ainsi que la bonne gestion des deniers publics, sont menacés.